«LAST MINUTE – L’exil n’est pas un voyage de plaisance»

La campagne «LAST MINUTE – L’exil n’est pas un voyage de plaisance» commence lors de la Journée du réfugié 2017. Pendant toute une année, l’OSAR veut rassembler et raconter des histoires d’exil. Des histoires qui montrent que ça va! Malgré tous les obstacles, des gens réussissent à se bâtir une nouvelle existence en Suisse, leur pays d’adoption. Lors d’un grand événement organisé à la gare de Zurich à l’occasion de la Journée nationale du réfugié 2018, l’OSAR présentera les histoires. Les personnes en quête de protection seront ensuite placées au centre, avec leurs histoires de valises.


«Lorsque j’ai fui, il me semblait évident que j’y laisserais ma vie» Josephine Niyikiza

Son histoire d’exil

«Surtout pour des gens comme nous, qui étions très actifes» Kanchana Chandra 

Son histoire d’exil

«Je n’avais aucune valise avec moi» Kamil Kamaran

Situation en Irak

«D’un côté on a un monde en guerre et de l’autre côté on a la sécurité» Mortaza Shahed

Son histoire d’exil

«Après, quand tu arrives a un autre pays, c’est là que tu vas comprendre» Mikele Zeray

Son histoire d’exil

«La vie ici et chez nous, c’est pas la même chose» Alalai Yawa

Situation en Togo

«Deux bouts de pain par jour, parfois trois.» Yemane Johannes

Situation en Érythrée